Logo créé par R@phblues

Demontages d'ecrans: (suite)

Ecran 14" MAG 482 acheté 229€ (+17€ FDP) chez Yourland :(par Halyri)

Résolution 1024x768, entrée VGA.
Modèle repris par diverses marques (Proview,...).
Année de fabrication de l'écran utilisé ici : mai 2004.

! Le prototype même de l'écran simple à déporter !

Notre écran, de face, avant l'opération.
Pas de vis apparentes, il n'y a rien à faire de ce côté pour l'instant.


Vue de dos.
On repère déjà 2 grosses vis sur le pied qui n'attendent que d'être démontées.
Remarquons pour commencer que ce qu'il y a de magique lorsqu'on démonte un tel écran, c'est que sans même avoir une connaissance préalable de ses entrailles, il y a très peu d'ambiguïté, les étapes se suivent naturellement : un bref coup d'oeil et un minimum de bon sens permet de cibler où donner le coup de tournevis suivant.
Aucune connaissance en électronique n'est requise !


Première étape très simple : le pied.
On remarque qu'on a libéré 3 nouvelles vis (une au milieu et 2 en bas), qui annoncent la ou les étapes suivantes.
Notons que dorénavant l'écran doit être posé à plat, et j'en profite pour énoncer la règle “anti-erreur-grossière N°1” :
AVANT DE POSER L'ECRAN A PLAT SUR LA DALLE, TOUJOURS S'ASSURER QU'IL N'Y A PAS DE VIS QUI TRAÎNE AU DESSOUS !
C'est très bête, mais une vis c'est petit et ça roule, et suivant la couleur du plan de travail, on peut très vite les perdre de vue.
Il y a risque évident de rayer ou fendre la dalle...


Ici, on vient de dévisser les 2 petites vis du bas à l'arrière (voir image de l'étape précédente).
Ceci permet, une fois l'écran retourné, de retirer le cache du devant, simple cadre de plastique.
On commence à entrevoir l'électronique, ici la carte avec les boutons de contrôle (mise en marche et réglages), et de chaque côté les mini haut-parleurs.
A chaque découverte, il faut se demander si ce qu'on rencontre aura un usage par la suite dans le vidéo projecteur. Ici, on devine que les haut parleurs vont disparaître mais pas la carte avec les boutons de contrôle. Bien entendu, mieux vaut ne retirer chaque chose qu'au dernier moment, et si cela est possible sans casse (sans couper les câbles au ciseau, sinon il faudra les caser dans la Box quand même ou faire du désoudage...).


Ici, pas grand chose.
On a simplement retiré 6 vis :
. 2 après la carte de contrôle, ce qui permet de la libérer
. 4 autres vis sur le pourtour du cadre métallique


Les 4 vis du cadre métallique en moins, enlevées à l'étape précédente, on retourne l'écran et on retire une dernière grosse vis au centre (visible à l'étape 3).
Ceci permet d'enlever le fond de l'écran, et de libérer un peu les choses, bien que pour le moment, rien de bien nouveau semble apparaître...


On commence à y voir un peu plus clair une fois quelques scotchs retirés.
Notamment apparaît sur le haut un connecteur, ce genre de connecteur qui fait peur au non initié...: est-ce que je vais devoir débrancher quelque chose ...


Pour le moment, ne débranchons rien, comme il ne semble rien y avoir à faire au dos, voyons-voir où nous en sommes sur le devant.
Premère chose simple, il reste à désolidariser du cadre les petites enceintes, en retirant 2 x 2 vis.
C'est à ce stade, ou au précédent, qu'on remarque que les câbles de la carte de contrôle et des enceintes passent par un trou, dans le cadre, qui est particulièrement étroit.Plutôt que scier le cadre (pas très recommandé...), cela annonce qu'il va falloir débrancher quelque chose tôt ou tard...


Avançons un peu dans notre démontage.
Les vis suivantes se trouvent sur le pourtour du cadre métallique.
On les enlève de chaque côté.


Et c'est là que les choses se compliquent !
Pour le moment, les débutants que nous sommes se sont bien gardés de débrancher quoi que ce soit. Mais ici, il n'est plus possible d'ouvir plus loin notre écran :
les 2 plaques libérées sont reliées l'une à l'autre par des câbles...
Ne pas tirer ! On referme le tout, on regarde et on réfléchit....


Vue arrière (haut droite).
Bonne nouvelle, pas de câble à déssouder !
La majorité des liens se font via des connecteurs qui s'emboîtent l'un dans l'autre.
Avant de débrancher quoi que ce soit, j'énonce ici la règle “anti-erreur-grossière N°2” :
PRENDRE UN PAPIER ET UN CRAYON AVEC SOI, ET TOUJOURS SCHEMATISER OU ET COMMENT SE REBRANCHE TOUTE PRISE DECONNECTEE !
En effet, malgré d'éventuels détrompeurs et des tailles différentes, il vaut mieux s'assurer un câblage correct, car qui sait l'effet que peut produire un mauvais branchement...?


N'hésitons pas et débranchons le gros câble, celui qui était en fait le plus évident et accessible.
Ma technique pour un débranchement sans casse d'un tel connecteur avec des “PINS” : j'utilise une épingle que j'insère entre les connecteurs, et je fais levier progressivement en plusieurs endroits pour les séparer peu à peu. Ne jamais tirer sur les fils, évidemment.
Le câble étant débranché, nous pouvons séparer nos 2 éléments : en haut, le fond avec l'électronique et en bas, la dalle et son éclairage.
Le débutant ne connait pas encore le rôle de chacune de ces cartes, donc pour le moment, on continue de traiter tout cela avec le plus grand soin...


Dans la suite, on veut se débarrasser du fond métallique de l'écran, auquel étaient vissées nos cartes électroniques.
C'est simple, il s'agit donc de les dévisser...
Sur la photo, les cartes sont posées sur le bloc dalle-éclairage.
Par ailleurs, fort de notre expérience nouvelle de débranchement, on a séparé les 2 cartes tout en ayant bien sûr noté où les rebrancher si besoin.
Reste un petit soucis, on ne peut pas encore se débarasser du fond métallique puisque, comme on l'avait remarqué à l'étape 8, les câbles passent par un trou trop étroit pour y faire passer les cartes...


Pas de problème, il suffit de débrancher encore et encore...
Tout d'abord les 2 mini-enceintes, connectées en bas à droite de la grande carte, ainsi que la carte avec les boutons de contrôle qui, elle, se trouvait branchée en milieu-haut-gauche de cette grande carte.
On fait alors passer les petites prises par le trou du fond métallique qu'on peut enfin mettre de côté.
Au final, nous voilà comme sur la photo avec des éléments qui commencent à s'éparpiller ; faisons donc le tri et ne concervons pour la suite que la grosse carte électronique (la carte contrôleur, donc principale, de l'écran avec les prises VGA et d'alimentation), la petite carte avec les boutons (en haut sur la photo), et le reste avec la dalle, auquel est raccordé une carte rectangulaire mystère...


Attaquons nous au bloc de la dalle, on approche petit à petit !
Pour le moment c'est simple, on retire 2 barres métalliques qui semblent retenir les 2 plaques encore bien accrochées.


Les 2 plaques semblent simplement emboîtées, alors on passe un tournevis pour tenter de les décrocher...
Mais attention ! Avant de tirer sur quoi que ce soit, toujours bien regarder s'il ne reste pas une vis quelque part : ici, cachée dans un coin (haut droite), une toute petite vis agrippait encore le tout...
Dévissons la sans tarder.


Nous y voilà, le fin fond des entrailles !
Et apparaît la terreur des bidouilleurs d'écran plat : la carte électronique et ses RIBBONS.
Les “ribbons”, ce sont les 4 nappes plutôt fragiles tout au dessus sur la photo, qu'on peut plier sans excès mais avec précaution.
On ne le voit pas bien sur l'image, mais en haut à droite se situe une fine barre métallique soudée à la carte électronique et qui était accrochée à la carcasse via notre petite vis cachée mise en évidence à l'étape précédente : voilà ce qu'on aurait arraché si on avait décroché le cadre en oubliant cette vis... ça fait peur...


Photo qui ressemble énormément à la précédente (différence notamment sur l'élément retiré à droite).
On vient juste d'enlever encore un de ces innombrables cadres qui maintiennent les trippes de l'écran.
Attention à “l'éviscèration” involontaire : la dalle n'est plus maintenue au bloc d'élairage, si ce n'est par... les ribbons !
Donc SURTOUT on laisse tout ça à plat et on réfléchit à la la façon de les séparer proprement.


L'instant de toutes les frayeurs.
Après observation, la seule façon de retirer la dalle (qui se trouve face contre la table), est de soulever quelque peu la carte électronique, afin de libérer les blocs blancs (en haut) qui butaient jusqu'ici contre l'électronique, et pouvoir faire coulisser le panneau d'éclairage (vers l'avant sur la photo).
Pour cela, il faut déplier les ribbons, mais sans excès ! Ils sont fragiles mais les déplier à 90° est tout à fait envisageable (tout du moins sur cet écran MAG 482).


Et voilà, nous avons séparé les 2 éléments et la dalle se révèle enfin.
La petite carte mystère, elle, reste solidaire au bloc d'éclairage qui, c'est évident, ne nous sera d'aucune utilité pour notre futur VP DIY. Cette carte n'aura donc pas à être rebranchée à l'ensemble et est donc mise de côté elle aussi.


Au final, de tout ce démontage, il nous reste la dalle et sa carte avec ribbons, la grosse carte contrôleur et la petite carte avec les boutons.
Notons qu'il n'y avait aucun filtre devant la dalle.
Avant de relier le tout et de vérifier que tout fonctionne, même si l'attente est insupportable ;-), il est conseillé de mettre au point un bon support soutenant l'ensemble des cartes sans risque de casse.
Avant de finir sur le démontage, je n'oublierai pas la règle anti-erreur-grossière N°3 :
SI ON RETIRE UN PLASTIQUE TRANSPARENT AVEC DES POINTS DE COLLE, NE PAS LE DEPOSER QUELQUE PART SUR LA TABLE, POINTS DE COLLE VERS LE HAUT : PEU VISIBLE, IL Y A DES RISQUES DE POSER LA DALLE DESSUS ET C'EST A S'EN ARRACHER LES CHEVEUX.
Le MAG 482 contenait 2 telles feuilles plastifiées collées à la carcasse, et la mésaventure m'est presque arrivée, mais heureusement pas sur la dalle mais sur le bloc d'éclairage...



Maintenant, quelques remarques pour la suite :

Relier les masses : On entend parfois qu'il faut, pour certains écrans relier les masses des cartes électroniques entre elles sous peine de perturbations de l'affichage.
Sur le MAG 482, je n'ai rien fait de tel et tout semble fonctionner correctement.
Point à considérer selon les écrans...
Comment orienter l'écran dans la Box ? : compte tenu des contraintes liées à la carte à ribbons, il semble qu'il n'y ait qu'une seule orientation possible de la dalle qui soit envisageable facilement : placer la dalle avec la carte à ribbons vers le bas (pour qu'elle repose simplement sur le socle de la box), et surtout avec l'électronique orientée côté objectif, donc opposée à la light box pour éviter des problèmes de chaleur excessive sur les puces.
Ceci correspond donc à un placement “tout à l'enves” par rapport à ce qui se passait à l'origine au sein de l'écran plat lui-même, où les ribbons se trouvaient en haut, et l'éclairage côté electronique.
Le miracle, c'est que grâce à l'optique de nos Box, au final on obtient pourtant l'image orientée correctement !
Fixation de la dalle à un support : il y a diverses possibilités, dont 2 grandes lignes : ou bien faire du 100% artisanal, ou bien faire de la récupération d'éléments ôtés de l'écran (ou un mix des 2 possibilités). La difficulté est que les bords d'une dalle sont souvent très fins, de l'ordre de 2 ou 3 millimètres, au-delà on rogne sur les pixels. Donc il y a peu de prise, mais il faut pourtant que la dalle soit très bien fixée, car si elle venait à basculer il y a de gros risques de tordre les ribbons.


Terminons avec quelques photos d'un support temporaire et de l'écran en fonctionnement :


Eclairage à la lumière du jour.
Dans le VP DIY, la lumière passera dans l'autre sens.


90% récupération d'éléments issus de l'écran.
L'encadrement de l'écran est ainsi parfaitement calibré.
Notons la carte à ribbons inclinée à 90 degrés, qui repose sur le socle recouvert d'un plastique isolant.


Réutilisation d'une des plaques de l'écran pour fixer la carte contrôleur à l'extérieur de la box.
L'électronique est en totalité d'un seul côté de la dalle, opposé à celui de la source lumineuse.
Attention toutefois aux éléments métallique dans une Box, ils conduisent plus la chaleur et peuvent produire des contacts inopinés entre les cartes électroniques.

EN CONCLUSION :
Avec un écran aussi facilement déportable que le MAG 482, le démontage d'écran plat est vraiment à la portée de tous.
Il faut juste être un minimum patient, minutieux et réfléchi...